Santa Sangre

A la suite d'un drame familial, Fenix, petit mime d'un cirque de Mexico, est enfermé dans un hôpital psychiatrique. Huit ans plus tard, il retrouve sa mère. Le cirque n'existant plus, ils errent dans la ville, représentant une pantomime qui se prolonge tragiquement dans leur vie quotidienne, pour le grand malheur de Fenix.

Liste de tous les liens en streaming:

COMMENTAIRES:

 

Super film, à découvrir !

 

Beaucoup moins complexe, au final, que les autres réalisations de Jodorowsky, ce film, même s'il est fait d'aller-retours chronologiques et qu'il emploie une bonne part de symbolisme reste néanmoins tout à fait compréhensible.
Cette expression emplie de séquences marquantes issues de divers genre, d'une grande richesse et parfaitement émouvante, a laissée des images et des sentiments quasi indélébiles dans mon subconscient tant elle transpire le talent, l'intelligence et la sincérité.
Certains passages ne font certes pas dans la dentelle et le scénario est plutôt triste mais la manière de mettre en scène cette psychose œdipienne sans bavardages superflus ou explications lourdes confine indéniablement au sublime.
Si je puis me permettre un parallèle, puisque elriad à très justement évoqué plusieurs réalisateurs représentatif du style allégorique non-explicite, j'ai pensé, de par son aspect imbriqué et sa classification dans l'épouvante/horreur, à l'excellent "Strange Circus" de Sion Sono auquel je pense pouvoir convier ceux qui ont aimé "Santa Sangre"...

 

Mettre 5 étoiles à un film est pour moi, cinéphilie, chose peu fréquente. Parler de chef-d’œuvre est par essence une rareté. Sur les 300 films que je visionne par an, il m'arrive souvent de ne pas en mettre une seule fois. SANTA SANGRE, est cependant une claque cinématographique comme je n'en avais plus eu depuis longtemps. Un long poème baroque, violent, bouleversant, un voyage phénoménal, une ode allégorique qui laisse longtemps des traces après la fin du générique. Visuellement époustouflant, au carrefour de Bunuel, Fellini, Lynch et Kusturika, ces deux heures nous emportent dans le milieu du cirque, de la psychiatrie, et des hallucinations initiatiques d'un jeune garçon qui parviendra à terminer son oedipe jusqu'au bout de ses ongles vernis dans une métaphore sublime. Totalement hypnotique et indispensable à tout cinéphile !!

 

La sublime violence d'un poète cinéaste. Emotions extra-fortes garanties. Une oeuvre unique et inoubliable, plus accessible artistiquement que les précédentes de jodorowsky, el topo et la montagne sacrée (films incroyables comme il y en a peu). A voir pour se nettoyer les fenêtres de la perception

 

oui un film extraordinaire

 
Post a Reply